“Merci” ne paie pas les factures

29 Mar 2021

Le gouvernement suisse, en collaboration avec la Coalition internationale pour l’Égalité salariale (EPIC), a organisé le 17 mars 2021 un événement parallèle virtuel en marge de la 65e Commission de la condition de la femme (CSW65).

Des représentants de gouvernements, d’organisations d’employeurs et de travailleurs, ainsi que d’organisations internationales ont mis en lumière les problèmes qui creusent l’écart de rémunération entre les hommes et les femmes et ont partagé des solutions pratiques pour y remédier. Au cours de la discussion, les panélistes ont souligné le fait que l’écart de rémunération entre les hommes et les femmes était encore plus important pour les femmes qui souffrent de discriminations multiples et intersectorielles, comme les migrantes, les femmes appartenant à une minorité ethnique et les femmes handicapées. Ils ont également souligné que les éléments suivants contribuaient de manière significative à l’écart de rémunération entre les hommes et les femmes :

La sous-représentation des femmes dans les postes de direction ;

la surreprésentation des femmes dans les secteurs sous-évalués et non rémunérés, tels que les services de santé, le travail social et les soins aux personnes âgées, et l’insécurité économique qui en résulte ; et

le manque d’infrastructures de soins accessibles, abordables et de haute qualité.

 Concernant la réduction de l’écart de rémunération entre les hommes et les femmes, plusieurs recommandations ont été formulées, en particulier concernant l’importance:

d’une volonté politique forte, et d’une collaboration entre les partenaires sociaux et les parties prenantes des secteurs public et privé;

 du partage d’expériences entre les pays, de la création d’infrastructures de soins accessibles, abordables et de haute qualité, y compris les structures d’accueil pour les enfants, et d’encourager des modalités de travail plus souples, notamment par l’introduction du congé parental;

 des conventions collectives, politiques de transparence salariale, outils d’information, audits et statistiques ventilées par sexe;

de la lutte contre les stéréotypes de genre et les normes de masculinité, ainsi que de la protection contre le harcèlement sexuel.

Certaines des déclarations faites par les intervenants lors de l’événement peuvent être consultées comme suit : OIT, OCDE, ONU Femmes, gouvernement de l’Ukraine.