QUE FAIT LA NOUVELLE-ZELANDE POUR REDUIRE LES ECARTS DE REMUNERATION ENTRE HOMMES ET FEMMES ?

La Nouvelle-Zélande s’est dotée d’une stratégie globale pour supporter les femmes et la valorisation de leur contribution sur le marché du travail. Il s’agit notamment de modifier la législation, de combler l’écart de rémunération entre les sexes dans la fonction publique et d’encourager l’État et le secteur privé à mettre en œuvre des mesures. Les objectifs spécifiques que la Nouvelle-Zélande s’efforce d’atteindre sont les suivants :

  • Proposition d’amendements à la loi de 1972 sur l’égalité des salaires pour remédier à la sous-évaluation du travail traditionnellement effectué par les femmes. Cette décision fait suite à une décision judiciaire historique, dont l’interprétation juridique de l’égalité de rémunération inclut un travail de valeur égale dans différents emplois. Les augmentations annoncées du salaire minimum entre 2018 et 2020 profiteront à 60 pour cent à des travailleurs âgés de 16 à 64 ans rémunérés au salaire minimum qui sont des femmes.
  • Principes généraux de rémunération des femmes qui visent à garantir que les environnements de travail dans le secteur public sont exempts d’inégalités fondées sur le sexe, que tous les employés peuvent réaliser leur potentiel quel que soit leur sexe et que les écarts de rémunération entre les sexes sont éliminés. Ces principes comprennent des pratiques accessibles et transparentes en matière d’emploi et de rémunération, l’absence de préjugés et de discrimination, et la mise en place collective de solutions durables aux inégalités salariales entre les sexes. Le gouvernement souhaite que la fonction publique montre la voie à suivre pour réduire l’écart de rémunération entre les sexes.
  • Le Plan d’action visant à combler l’écart salarial entre les sexes dans la fonction publique stipule que, d’ici la fin de 2020, tous les employés auront accès au travail flexible, que les différences salariales entre les sexes aux mêmes positions seront éliminées, que l’emploi et les pratiques salariales seront exempts de préjugés et que le leadership dans la fonction publique sera équilibré entre les sexes.
  • Améliorer la compréhension des facteurs à l’origine de l’écart de rémunération entre les hommes et les femmes en Nouvelle-Zélande. Le ministère de la Femme a dirigé cette recherche et a développé des ressources pour encourager les employeurs à prendre des mesures contre les écarts de rémunération entre les sexes dans leurs organisations. Cela comprend également des lignes directrices pour mesurer et analyser des écarts de rémunération entre les sexes.

 

EN QUOI L'EPIC PEUT-ELLE ÊTRE PERTINENTE POUR LA NOUVELLE-ZELANDE ?

La Nouvelle-Zélande apprécie les possibilités de co-apprentissage qu’offre l’EPIC et s’intéresse aux expériences d’autres pays sur les moyens les plus efficaces pour réduire les écarts de rémunération entre les sexes.

La Nouvelle-Zélande profite de cette opportunité pour partager et échanger autour de ses recherches. Par exemple, des recherches récentes menées en Nouvelle-Zélande ont montré que 80 pour cent de l’écart de rémunération entre les hommes et les femmes est dû à des facteurs ” inexpliqués “, ce qui souligne la nécessité de lutter contre les préjugés et la discrimination. Une recherche de 2018, « Parenthood and Labour Market Outcomes », montre que la parentalité demeure très genrée en Nouvelle-Zélande et que les responsabilités en matière de garde d’enfants ont des répercussions à long terme pour les femmes en termes d’accès à une activité rémunéré et de revenus.

Nous savons que les écarts de rémunération entre les sexes sont mesurés différemment selon les pays et que les marchés du travail et les normes sociales varient considérablement d’un pays à l’autre. Ces différences ont un impact sur l’écart de rémunération entre les sexes et sur les leviers dont dispose chaque pays pour opérer des changements.

La Nouvelle-Zélande a une approche scientifique des politiques publiques et de leur implémentation et se réjouit de toute possibilité de partage des connaissances entre les pays. Nous sommes heureux de contribuer au site Web de la Coalition tout autant que de tirer des leçons de ce corpus de connaissances internationales.