QUE FAIT LUXEMBOURG RÉDUIRE L’ÉCART DE RÉMUNÉRATION ENTRE HOMMES ET FEMMES?

En 2016, le Luxembourg s’est doté d’une loi pour inscrire l’égalité de salaire entre femmes et hommes dans le Code du travail. Les inégalités ont été élevées au rang d’infraction rendant les auteurs passibles d’amende. Cela signifie qu’à partir du moment où une différence de salaire ne peut pas être justifiée par des raisons objectives et qu’elle est fondée sur des considérations de genre, l’employeur se voit infliger une amende entre 251 et 25.000 euros.

Ceci inclut aussi les conventions collectives négociées entre les partenaires sociaux, et qui selon le Code du travail, doivent obligatoirement inclure des modalités d’application du principe d’égalité de salaire entre femmes et hommes.

En parallèle, le travail sur le terrain avec les entreprises a également été renforcé avec le renouvellement du programme des Actions Positives du ministère de l’Egalité, qui accompagne et certifie les bonnes pratiques en matière d’égalité de traitement.

Afin de contrer une partie des écarts systémiques le Luxembourg peut aussi compter sur des mécanismes nationaux tels que l’indexation des salaires à l’évolution du coût de la vie et les adaptations régulières du salaire social minimum.

Le site du Ministère de l’Égalité entre les femmes et les hommes

EN QUOI L’EPIC PEUT-ELLE ÊTRE PERTINENTE POUR LUXEMBOURG?

Nous avons rejoint EPIC de manière complémentaire comme nous travaillons au quotidien avec les entreprises, les délégations du personnel et les représentant-e-s des partenaires sociaux pour renforcer la prise de conscience et donner des outils concrets pour l’égalité salariale.

En rejoignant EPIC nous marquons fortement notre volonté d’un monde du travail égal et inclusif. Nous espérons pouvoir échanger de bonnes pratiques pour continuer d’aller de l’avant. C’est à travers les collaborations ainsi l’échange d’expériences et d’expertises que nous pouvons durablement assurer l’égalité salariale.